Retrouvez l’HebdoMAF 71 ! Cette semaine on vous parle du bois, de la construction « hors-site », du nouvel aéroport de Marseille et de la destruction des derniers éléments du Pont de Gênes.
MAF Assurances

Les titres de chaque paragraphe sont cliquables pour vous proposer l’article original.

 

👉 Le bois, ce matériau d’avenir vieux comme le monde

Depuis plusieurs années, la construction bois n’avait plus le vent en poupe et les taux d’utilisation étaient loin d’atteindre les cimes de 2013, année record en France. Petit à petit, la tendance s’inverse et la part du bois croît à mesure que sa part dans le logement collectif augmente. Porté par des tours de grande hauteur de plus en plus nombreuses concourant à l’évolution des mentalités, le bois est un matériau d’avenir qui entraîne dans son sillage toute une filière en ordre de bataille.

Si jusqu’à peu, l’industrie française n’était pas dimensionnée pour satisfaire la totalité des besoins de l’Hexagone, imposant l’importation des pays de l’Est à l’encontre de l’objectif affiché de construction bas carbone, les choses changent.

Désormais, avec un besoin estimé à 80 000 mètres cubes par an, les chantiers français assurent le développement d’usines qui doublent leur capacité de production et permettent de rattraper le retard en la matière.

 

👉 De l’artisanat 3.0 naîtront les constructions de demain

La préfabrication est-elle l’avenir de la conception ? C’est la question à laquelle essaye de répondre Marc Mimram dans les colonnes du moniteur.fr. Interrogé sur l’industrialisation de la construction et ses difficultés à se construire une image positive, l’architecte expose sa vision, partagée par l’ensemble de la profession : la conception ne doit pas être une phase hermétiquement séparée de la construction.

C’est pourquoi le défi de l’époque est de rapprocher les agences et les usines, pour que le « hors site » devienne l’occasion d’interactions entre conception et réalisation. Entre mécanisation, robotisation et modernisation de la filière, l’avenir de la construction se joue plus que jamais, selon Marc Mimram, dans un retour aux valeurs de l’artisanat, fait de savoir-faire, de partage d’expériences et de regards croisés ouvrant la porte à de nouveaux horizons.

 

👉 Pour l’aéroport d’Aix-Marseille-Provence, MAP architecture a les cartes en main

Ils étaient 5 groupements à concourir pour ce marché de 14 millions d’euros HT, destiné à concevoir les prochains locaux de la société d’exploitation de l’aéroport situé à Marignane, parmi lesquels des grands noms de l’architecture, fiers représentants de la cité phocéenne, tels que Ruddy Ricciotti, Roland Carta, Corinne Vezzoni ou encore MAP architecture.

C’est finalement cette dernière, MAP Architecture, associée à Spie Batignolles qui aura la charge d’édifier les 6 200 m² de surface de plancher répartis sur 3 niveaux. Entre terrasses paysagées à tous les étages, jardin tropical à l’entrée et voisinage direct d’un bâtiment conçu par Fernand Pouillon, les architectes auront pour mission de faire disparaître les alentours très minéraux de cette dent creuse située entre deux aérogares de l’aéroport. Installation prévue pour la fin 2020.

 

👉 Des vestiges qui ne gêneront plus

Il y a presqu’un an, en Août 2018, un tronçon du pont de Gênes s’effondrait, emportant avec lui la vie de 43 personnes. Depuis le 28 Juin, il ne reste plus aucune trace visible de cet ouvrage dont seules subsistaient les deux énormes piles de béton. Dynamité pour laisser place à un nouvel édifice conçu par Renzo Piano natif de la ville, le pont était en phase de démantèlement depuis février.

En parallèle de ce dynamitage, intervenant après une phase de dépose du tablier à l’aide de vérins géants, les travaux du nouveau pont ont pu démarrer, avec une mise en service prévue pour la fin d’année 2020.

En hommage à la ville et aux disparus du drame, le nouvel édifice sera pourvu de mâts qui prolongeront les 18 piliers (contre 9 pour l’ancien pont), et de 43 spots lumineux.