Cette semaine, l’HebdoMAF revient avec une palanquée de nouveaux sujets abordés !
BIM, féminisation de l’architecture, bois dans la construction, Alain Sarfati qui exhorte les architectes au changement, et le tunnelier de l’extension du RER E qui est en route.
Voilà l’actualité dont il faut être au courant cette semaine, et ça tombe plutôt bien, elle est dans l’HebdoMAF !
MAF Assurances

Les titres de chaque paragraphe sont cliquables pour vous proposer l’article original.

 

👉 Au cas où vous auriez vécu dans une grotte les 5 dernières années : le BIM est devenu incontournable

Faut-il se former, ainsi que ses collaborateurs, au BIM ou embaucher un professionnel ? C’est la question à laquelle Thibault Bertrand et Antoine Pecclet essayent de répondre dans les colonnes du site batiactu.com. Avant tout, ces deux spécialistes en recrutement dressent un constat de base : « les architectes doivent se former au BIM. »

L’outil numérique de modélisation étend son emprise sur la conception tant les avantages sont nombreux pour tous les acteurs : le BIM manager se trouve à la croisée des chemins entre architecture, ingénierie et programmation. Une vision 360 d’un projet qui implique forcément une souplesse pédagogique dans son rapport aux autres collaborateurs d’une agence : sa maîtrise technique de l’outil doit servir à tous.

Plus largement, les deux experts en recrutement remarquent une opportunité induite par cette révolution numérique : les agences s’ouvrent petit à petit au digital. Alors que le monde dans son ensemble y a basculé depuis un moment, les architectes montrent des signes de prudence vis-à-vis de la création de site internet vitrine pour leur agence, de promotion de leurs réalisations sur les réseaux sociaux …

Pourtant il s’agit bien de gagner en visibilité afin de valoriser cette expertise digitale auprès des potentiels maîtres d’ouvrage, ainsi que de donner envie aux éventuels BIM Managers de postuler dans l’agence. Mais que les réfractaires se rassurent, comme le dit Christian de Portzamparc : « Le numérique ne remplacera pas les architectes, car il n’est pas sensible ». Ouf …

 

👉 Les femmes architectes bientôt plus nombreuses que les hommes

Architectes, savez-vous combien vous êtes à l’échelle européenne ? 562 000, en comptant également le Royaume-Uni. C’est beaucoup, et ce chiffre traduit une augmentation de 24% entre 2008 et 2018. Mais derrière cette réalité se cachent des disparités.

Le Conseil des architectes d’Europe, qui vient de publier les résultats de la 6ème édition de son étude du secteur, montre que 5 nations dominent le classement en volume d’architectes exerçant sur le territoire :

  • Italie : 160 000
  • Allemagne : 110 000
  • Espagne : 56 000
  • Royaume-Uni : 41 000
  • France : 30 000

Des écarts importants qui se creusent davantage si on les met en perspective du nombre d’habitants par pays. Ainsi, l’Italie et le Portugal affichent un impressionnant 2,6 et 2,2 architectes pour 1000 habitants, là où la France émarge à 0.4 point, au niveau de la Hongrie, la Lettonie et la Pologne. Peu d’architectes dans l’hexagone qui reste pourtant la destination numéro 1 des architectes européens pour étudier et travailler.

Dans cette étude, on y découvre également que la profession se féminise. Si, à postes égaux, les écarts de salaires oscillent encore entre 25 et 32% en faveur des hommes, ils tendent à se réduire, et deux pays, la Croatie et la République tchèque affichent une tendance inverse : les femmes architectes y gagnent plus que les hommes. Oui vous avez bien lu.

Enfin, dans la classe d’âge des 30 – 34 ans, il y a plus de femmes architectes que d’hommes.

 

👉 Le bois dans la construction, cette innovation technologique vieille comme le monde

Ça devient un invité régulier de l’HebdoMAF, et pour cause, à chaque fois c’est l’occasion de découvrir une de ses spécificités : le bois est un élément désormais incontournable de la construction. La semaine dernière, nous vous expliquions les bénéfices en terme d’emprunte carbone d’une structure bois, la semaine d’avant nous évoquions la traçabilité, et donc la dynamique positive pour toute une économie circulaire, du bois utilisé sur un chantier à Rosny-sous-Bois.

Cette semaine, le bois est de retour sur une réalisation parisienne : Enjoy. La particularité de la réalisation ? Elle crée des mètres carrés de bureaux sur une dalle qui est au-dessus d’un garage de maintenance des trains. Situé entre le 17ème et le 18ème arrondissement de la capitale, le quartier des Batignolles est en pleine mutation et traversé par les rails de la gare Saint Lazare.

En privilégiant le bois face au béton, les architectes des agences Baumschlager-Eberle et de Scape ont économisé 150 kg par m². Ce gain considérable de poids a permis de gagner en hauteur et de proposer un volume beaucoup plus important.

Bref, plus de m², plus de rentabilité, moins de poids, moins de CO2 émis, plus de CO2 stocké, et des bénéfices directs pour la filière bois française. Pourquoi faisait-on autrement avant ?

 

👉 Alain Sarfati, militant d’un retour à l’audace architecturale

Et si la Loi ELAN était une bonne chose pour l’architecture dans son ensemble ? Et si les matériaux biosourcés n’étaient pas quelque chose que l’on découvrait aujourd’hui ? Et si l’urbanisme américain n’était pas un exemple à suivre, mais bien exemple à éviter ? Et si les architectes avaient leur place dans la construction de demain mais qu’il suffisait pour cela qu’ils la prennent ?

Ce sont les avis, tranchés, d’Alain Sarfati, dans une interview sur le site batiactu.com. L’architecte français y exhorte ses confrères au changement : il ne doit pas venir d’outre-Atlantique, où le concepteur déplore un urbanisme pensé pour l’usage de l’automobile, mais bien d’un ré-ancrage territorial.

En s’imprégnant de la localité d’une réalisation, Alain Sarfati fait le vœu d’une diversité de l’image proposée, d’une architecture pensée autrement qu’archétypique.

 

👉 Le tunnelier chargé du projet d’extension du RER E a commencé son œuvre

Il mesure 11 mètres de diamètre, 90 mètres de longueur, pèse 2 500 tonnes et s’appelle … Virginie. Un nom mignon pour un train usine qui a entamé son périple le 27 février : avaler des millions de mètres cubes de terres afin de creuser le tunnel qui reliera Courbevoie à Paris Saint Lazare.

Ce tunnel entre dans le cadre du projet d’extension Eole du RER portant le même nom, avec, à terme, 3 nouvelles gares qui verront le jour : Porte Maillot, La Défense-Cnit et Nanterre La Folie.

Au quotidien, Virginie avancera d’une quinzaine de mètres, à une profondeur de 30 à 40 mètres, en creusant, en excavant les déblais récoltés par pompage dans des conduites spéciales, et en assurant la mise en soutènement par la pose d’énormes voussoirs. Arrivée prévue à Saint Lazare : automne 2021.

Bref, Virginie a du pain sur la planche !