Cette semaine au menu de l’HebdoMAF, un point sur la rémunération des architectes, un portrait de Pascale Richter : lauréate du prix de l’Equerre d’Argent, une exposition sur une réalisation de Rudy Ricciotti abandonnée, un pont très long et la baisse du nombre de dépôts de permis de construire.

C’est ce qui fait l’actu de la semaine, et c’est servi chaque vendredi !
MAF Assurances

Les titres de chaque paragraphe sont cliquables pour vous proposer l’article original.

 

👉 Rémunération des architectes : quelle tendance se dégage ?

Après la crise économique de 2008, le monde des concepteurs avait enregistré une contraction de l’activité s’inscrivant dans le temps. Depuis 2015, en dépit du recul de la commande publique, l’activité reprend, portée par la reprise du marché privé.

Ce dynamisme retrouvé est porteur de bonnes nouvelles pour les architectes qui voient, pour la première fois depuis plusieurs années, leur rémunération repartir significativement à la hausse. La route sera toutefois encore longue pour retrouver les niveaux de 2007, où le revenu moyen était de 50 543 euros. Bien évidemment, cette moyenne cache de grandes disparités entre les architectes : 25 % ne gagnent pas 11 480 euros par an alors que 25% touchent plus de 54 541.

 

👉 Pascale Richter, écouter pour mieux dessiner

Cette semaine, le lauréat du prix de l’Equerre d’Argent était dévoilé à Paris et c’est l’agence Richter & Associés qui décroche la plus belle distinction grâce à la réalisation d’un Centre de consultations psychiatriques à Metz-Queuleu. Derrière cette récompense, une architecte, Pascale Richter, animée par la certitude que la conception doit être utile aux occupants.

D’abord spécialisée dans les établissements médicaux avant de s’ouvrir aux logements et aux locaux d’activités, la franco-allemande met un point d’honneur à l’écoute et à la compréhension des futurs usagers, en ne faisant pas de la recherche du beau une sacrosainte obligation au détriment de l’usage.

Pour l’occasion, nous vous proposons de (re)découvrir le portrait de Pascale Richter rédigé par le site internet lepoint.fr !

 

👉 Une exposition pour ne pas oublier le Stadium de Vitrolles, abandonné depuis plus de 20 ans

Connaissez-vous le Stadium de Vitrolles ? Non ? Pourtant il s’agit d’une des réalisations pionnières de l’œuvre de Rudy Ricciotti. Outre son esthétisme, le monolithe de béton est connu pour sa très courte durée de vie. Inauguré en novembre 1994, le bâtiment n’aura été utilisé que durant 4 années.

A l’origine, il s’agissait pour le jeune architecte de doter l’équipe de handball OM- Vitrolles, alors leader en D1, d’une salle pour accueillir ses supporters. Une enceinte sportive donc, mais à vocation modulable pour proposer des spectacles et des concerts.

Aujourd’hui, une association milite pour la réhabilitation de l’édifice, et propose une exposition rétrospective sur ce cube si particulier, aux Docks Village, 10 place de la Joliette à Marseille du 24 Novembre au 31 Janvier 2019.

 

👉 Le plus grand pont du monde est chinois

Avec ses 55 kilomètres de long, l’autoroute reliant HongKong, Zuhai et Macao, en Chine, constitue officiellement le plus long pont du monde. Pour ce faire, 420 000 tonnes d’acier et un million de mètres cubes de béton ont été nécessaires. Selon les ingénieurs et les architectes du projet, le pont pourrait supporter des rafales de vent à plus de 340 km/h et aurait une durée de vie estimée à au moins 120 ans.

Pour se faire une idée à l’échelle de ce que l’on peut trouver dans l’hexagone, ce pont est 18 fois plus long que le viaduc de l’île de Ré. On vous laisse faire la conversion en Pont de Normandie.

 

👉 Permis de construire : une baisse qui va dans le bons sens

Le nombre de permis de construire déposés, indicateur avancé de l’état de l’immobilier neuf, accuse toujours une baisse par rapport à l’année précédente. Après un début d’année 2018 compliqué, la tendance montre des signes optimistes pour l’avenir selon la ministre de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, Jacqueline Gourault.

De l’ordre de 17% sur les premiers mois de l’année, la baisse d’octobre est de 9% par rapport au même mois en 2017, à l’instar des maisons individuelles qui impriment une baisse moindre également. Pour expliquer ce contexte compliqué, plusieurs pistes sont avancées entre économies demandées aux bailleurs sociaux, et élections municipales de 2020.