Canicule, cocotiers et Loi Elan. A chacun son été, mais pour tous, chaque semaine, l’Hebdo MAF. Ça tombe bien, voilà la dernière version de votre condensé d’actualité.
Au menu, un regard optimiste sur les politiques du logement en France, des jumelles qui regardent enfin vers le ciel, la difficile conversion des bureaux vacants en logements, et Monaco qui continue d’étendre son emprise sur la mer.

Pour le 30ème numéro de votre rendez-vous hebdomadaire, l’info qu’il vous faut, même quand il fait très chaud !
MAF Assurance

Les titres de chaque paragraphe sont cliquables pour vous proposer l’article original.

 

👉 C’était mieux avant ? Et si c’était mieux maintenant …

Et si tout n’allait pas si mal dans le domaine du logement en France ?  Son de cloche difficile à entendre alors que les voyants de la construction repassent un à un au vert au lendemain d’une crise longue et massive, le think tank Terra Nova vient de publier une étude qui vise à mettre en lumière les grandes avancées, perspectives et obstacles des politiques du logement.

Le texte, d’une vingtaine de pages et signé par trois économistes, brosse ainsi une observation complète, chiffrée et argumentée des avancées concrètes : augmentation de la superficie moyenne par habitant, diminution du surpeuplement, accès au confort sanitaire …

Plus largement, la réflexion questionne sur la conduite des politiques d’aides financières au logement, les formes qu’elles doivent prendre ou encore les investissements à faire contre le réchauffement climatique.

 

👉 Happy end pour le feuilleton juridique des Tours Hermitage de la Défense

Un des derniers obstacles se dressant sur la route des tours jumelles française vient de céder. En annulant le recours déposé par Axa et Allianz, le Conseil d’Etat éclaircit l’horizon judiciaire du programme Hermitage Plaza, représentant une occasion pour le promoteur russe, Emin Iskenderov, de réaffirmer que les tours seraient sur pied pour les JO 2024.

Une affirmation optimiste qu’il faut toutefois tempérer au regard des points de blocage qui persistent. Entre le refus d’une quinzaine de locataires de quitter les lieux, rendant la démolition d’un bâtiment pour débuter les travaux impossible, et le flou régnant autour du financement du projet, les plus grandes tours d’Europe occidentale ne sont pas encore debout.

 

👉 Convertir un bureau en logement : encore de nombreux obstacles

La loi ELAN vise à créer le choc de l’offre cher à Emmanuel Macron, permettant le développement du cadre bâti en faveur des habitants et de tous les acteurs impliqués. Pour concourir à ce dessein, une piste est retenue : la requalification de bureaux vacants en logements.

Si certains promoteurs se penchent avec intérêt sur l’opportunité, les limites d’un tel dispositif laissent supposer un nombre marginal de mises en chantier de ce type dans les prochaines années. Plusieurs obstacles ne seront que difficilement surmontables : prix élevé des travaux, nécessité de convertir un immeuble entier, distance des centres-ville et absence de moyens de transport des bâtiments de bureaux …

Bref, une belle perspective qui se heurte à l’épreuve de la mise en pratique.

 

👉 Un rocher en béton armé

Le projet peut sembler fou, mais à Monaco, ça devient presque une habitude : on reprend sur la mer l’espace que l’on ne peut pas gagner sur la montagne. A l’aide de 18 caissons de 27 mètres de haut, Bouygues Immobilier crée une nouvelle zone de 6 hectares qui constituera le nouveau quartier de L’Anse du Portier.

60 000 m² de logements, un parc public d’un hectare, des commerces, un port d’une trentaine d’anneaux … la future zone, qui devrait être totalement terminée en 2025, recevait son premier bloc le 22 juillet. L’occasion pour le Prince Albert II de Monaco et Martin Bouygues, PDG de Bouygues d’inaugurer la pose de la première pierre de cet édifice titanesque estimé à 2 milliards d’euros.