Le monopole du bon goût selon Donald Trump, Roland Castro sauveur du Grand Paris, guide des bonnes pratiques dans la construction bois et agrandissement du stade de Strasbourg. C’est le programme du 97ème numéro de l’HebdoMAF !
mafassurances

Les titres de chaque paragraphe sont cliquables pour vous proposer l’article original.


👉 Donald Trump impose un style architectural unique aux bâtiments administratifs américains

Le président américain, Donald Trump, se rêve en chef suprême de l’architecture de son pays. Si on lui connaissait des appétences de bâtisseur depuis son très populiste « build the wall », comprenez étanchéifier la frontière séparant les Etats-Unis du Mexique, le président candidat compte désormais unifier l’architecture des bâtiments fédéraux.

Harmoniser afin de mieux identifier ? Si l’on accepte de passer outre la variété des lieux, des pensées et des cultures que doit valoriser le cadre bâti, l’idée peut éventuellement être défendable. Pour autant, lorsque l’on y applique la vision auto-bronzée du 45ème président américain, cela donne le « Make federal buildings beautiful again », nom du projet de décret, qui prévoit d’imposer un style néoclassique ou « traditionnel » à tous les bâtiments fédéraux de plus de 50 millions de dollars. 

Une Amérique où les tribunaux ressemblent à des temples romains et ou les agences administratives sont pareilles au Parthénon, nul doute que la base conservatrice appréciera. Pour ce qui est des architectes, l’accueil est plus tiède : l’American Institute of Architectes, derrière lequel, on l’imagine aisément, les concepteurs américains sont nombreux à se ranger, se dit farouchement opposée au projet et à la vision de l’architecture qu’il porte. 


👉 Roland Castro se voit en sauveur du Grand Paris

La capitale nourrit beaucoup d’ambitions en cette période électorale. Pour Roland Castro, aucun doute, c’est la maire actuelle et candidate à sa propre succession, Anne Hidalgo qui est la plus à même de porter un projet pérenne à Paris. L’auteur d’un rapport sur le Grand Paris, commandé par le président de la République et laissé lettre morte depuis, l’affirme : il est grand temps que quelqu’un se saisissent des rênes du Grand Paris afin de « sortir de l’impasse ».

Dans le viseur de l’urbaniste-architecte, la surenchère aux idées les plus farfelues, allant du Central Park de Griveaux à la décentralisation des gares voulue par Rachida Dati. Bien qu’avec le retrait du représentant du parti présidentiel, la campagne perd un pourvoyeur de grandes annonces, il n’en demeure pas moins essentiel de porter une vision globale.

Pour cela, Roland Castro entend mettre les architectes et les maires au cœur du projet grâce à une grande réunion où tous les concepteurs franciliens se retrouveraient à la Mutualité, salle mythique du 5ème arrondissement parisien. En œuvrant au contact des maires et des services des parcs et jardins, le co-fondateur de l’agence Castro Denissof Associés espère accentuer les efforts déjà entrepris rapprochant espaces verts et espaces construits.

Ne reste plus qu’à espérer qu’Emmanuel Macron entende l’appel de l’architecte et lui donne le « blanc-seing » qu’il demande. 


👉 L’AQC livre un guide des bonnes pratiques pour la construction bois

Cela a été dit et répété dans ces lignes : le bois a le vent en poupe dans la construction. Les chiffres ne disent pas le contraire. 20% de recours au bois en plus dans le logement collectif depuis 2016, une augmentation de 9 % des extensions surélévations (30% de part du marché) et 10% de parts de marché pour les bâtiments tertiaires livrés chaque année, la filière bois est en pleine expansion. 

Et les grandes échéances à venir ne risquent pas d’assombrir l’horizon du bois : neutralité carbone prévue dans le Plan Climat 2050, village des jeux olympiques, RE2020, Plan d’Action interministériel Forêt Bois … Tout indique que les concepteurs vont, à l’avenir, travailler de plus en plus sur ce matériau. 

Pour autant, il ne s’appréhende pas de la même manière que les matériaux classiques de la construction, et quelques réflexes sont à adopter.

C’est là tout l’enjeu du guide publié par l’Agence Qualité Construction. En s’appuyant sur 25 opérations de moins de 3 ans, l’AQC dégage 60 enseignements et 70 bonnes pratiques et recommandations. A cela s’ajoutent des précautions à prendre lors des chantiers comme la maîtrise de l’hygrométrie des bois et l’importance de ne pas laisser un chalumeau à proximité d’un mur … en bois.

Ce guide est téléchargeable depuis le site de l’AQC.


👉 5 légendes s’affrontent à la Meinau

Les agences Scau, 2Portzamparc, Populous, KSS et HPP. C’est le plateau de rêve du dernier carré d’une compétition qui se jouera au Stade de football de la Meinau à Strasbourg. En jeu : le concours de maîtrise d’œuvre de la rénovation et de l’agrandissement de l’antre de l’équipe du Racing Club de Strasbourg Alsace. L’actuel 6ème du championnat entend entretenir la ferveur particulière qui vit dans ses tribunes à chaque match, où se pressent en moyenne 25 000 supporters.

Le concours fait suite à une étude de faisabilité datant de 2017, qui avait conclu à un maintien du stade à son emplacement actuel. L’étude avait également acté une augmentation de la jauge mesurée, de 26 000 places à 32 500, arguant que l’énergie dégagée par un stade de taille moyenne plein est plus chaleureuse, que celle d’une enceinte géante à moitié vide.

Plusieurs tranches phaseront ce projet en site occupé. En 2022 et 2023, la jauge sera abaissée à 20 000 places durant les travaux d’élévation de la tribune sud. La deuxième tranche s’intéressera à la fan zone et à la billetterie avant que ne commencent des travaux sur les tribunes Nord et Sud.