Dématérialisation des marchés publics, faillites des assureurs en LPS, prix Duo@Work, Jean Nouvel et sa rose des sables et enfin le permis d’expérimenter.
MAF Assurances

Les titres de chaque paragraphe sont cliquables pour vous proposer l’article original.

 

👉 L’UNSFAcilite la dématérialisation des consultations de marchés publics

Cela ne vous aura sans doute pas échappé, mais depuis le 1er octobre 2018, tous les marchés publics d’un montant supérieur à 25 000 euros sont soumis à la dématérialisation. Exit les réponses papier à une consultation et bonjour le certificat de signature électronique.

Il s’agit à la fois d’identifier un signataire de manière nominative, de garantir l’intégrité d’un document et d’engager un signataire. En somme, de retrouver à l’heure digitale ce que la signature papier promettait.

Face à l’obligation de se doter d’un tel dispositif, souvent sous forme d’une clé usb ou d’une carte à puce, l’UNSFA a négocié un tarif préférentiel pour les concepteurs. Pour faire votre demande, rendez-vous sur ce portail !

 

👉 La MAF se prépare aux conséquences des faillites de LPS

Qui payera pour les 1.5 milliard d’euros de sinistres non provisionnés suite aux liquidations judiciaires de plusieurs acteurs de l’assurance low-cost ? Batiactu pose la question, Jean-Claude Martinez et Philippe Carraud y apportent des réponses précises.

Au-delà de la facture globale, les deux hommes alertent sur les points de vigilance à déployer pour que de tels scénarios ne se reproduisent plus. Plus largement, ils livrent leur vision de l’évolution de la profession, du secteur et de la conjoncture à espérer pour 2019.

 

👉 Prix Duo@Work : un pas de deux entre architectes et industriels, en faveur de la qualité de la construction

Pour sa 6ème édition, le concours Duo@Work reste fidèle à ce qui a mené à sa création en 2004 : récompenser la collaboration entre un architecte et un industriel. Pour l’architecte Alain Moatti, président du jury, capitaliser sur cette synergie c’est offrir à la conception la chance de s’ouvrir de nouveaux horizons dans le passage de l’imaginaire du projet au concret de la matière.

Ce concours vise ainsi à permettre une collaboration étroite afin de désuniformiser les pratiques et les matériaux utilisés, au profit de la qualité des projets. Pour avoir une chance d’être lauréat du Prix Duo@Work le 26 septembre prochain lors du salon Architect@work et peut-être succéder aux architectes Patrick Berger et Jacques Anziutti,  récompensés pour leur réinterprétation du carreau blanc traditionnel de la RATP dans le cadre de la rénovation de la station Châtelet à Paris, lauréat 2018, il vous faudra déposer un dossier de candidature avant le 25 juin.

Infos et candidature sur le site www.duoatwork.com !

 

👉 Jean Nouvel, cet architecte qui nous fait découvrir une rose des sables de l’intérieur

Serait-il devenu l’architecte des princes du Golfe ? C’est la question que lui pose l’hebdomadaire le Journal Du Dimanche dans un entretien au cours duquel Jean Nouvel présente sa nouvelle réalisation à Doha, sa vision de l’architecture au service des sociétés, et la trace que laisseront ses réalisations dans l’histoire.

Quelques mois après la livraison du Louvre d’Abu Dhabi, prouesse architecturale en plein désert, le starchitecte français propose un musée d’art à Doha. Au moucharabieh bétonné se substituent 539 disques d’acier et de béton fibré. Pour les amoureux de la symétrie et de la précision verticale, l’édifice donnera des vertiges : des sols qui affichent fièrement un dénivelé, un enchevêtrement de pièces qui oscillent entre le majestueux et l’étonnement étroit … Au total, le musée propose 1,5 km de déambulation dans les cristallisations millénaires d’une rose des sables monumentale.

 

👉 Osez le permis d’expérimenter !

En vigueur depuis le 13 mars, le permis d’expérimenter vise « à faciliter la réalisation de projets de construction et à favoriser l’innovation » comme le rappelle son préambule. Si la date de son abrogation est fixée à 2020 et acte déjà  une courte vie, l’essence de cette loi perdurera et le législateur travaille d’ores et déjà à la « dérogation de certaines normes de construction en mettant en œuvre des solutions d’effet équivalent présentant un caractère innovant sur le plan technique ou architectural ».

Pour faciliter la mise en pratique de ce « permis d’expérimenter », un petit guide en 7 étapes accompagne les concepteurs :

  • Le maître d’ouvrage trouve un organisme indépendant qui lui délivrera l’attestation.
  • Le maître d’ouvrage fournit son dossier de demande à l’organisme indépendant.
  • L’organisme indépendant analyse le dossier, et s’il valide la solution, il produit l’attestation d’effet équivalent grâce au site démarches-simplifiées.fr et la fournit au maître d’ouvrage.
  • Le maître d’ouvrage joint l’attestation à sa demande d’autorisation d’urbanisme.
  • Le maître d’ouvrage trouve un contrôleur technique, si son opération n’en requiert pas déjà un ou s’il souhaite avoir un contrôleur spécifique à cette mission.
  • Le contrôleur technique vérifie que la mise en œuvre de la solution est conforme aux règles énoncées dans le dossier de demande d’attestation, validées et rappelées par l’attestation. Il délivre à la fin des travaux une attestation de bonne mise en œuvre de la SEE.