Une semaine c’est toujours trop long. Alors quand en plus vous attendez avec impatience votre Hebdo MAF, ça en devient presque interminable.

Bonne nouvelle : voilà l’Hebdo MAF 43, votre petite douceur de fin de semaine.
MAF Assurances

Les titres de chaque paragraphe sont cliquables pour vous proposer l’article original.

 

👉 La raison comme garde-fou contre les recours abusifs

Dans un arrêt en date du 9 Novembre 2018, le Conseil d’Etat a précisé qu’une autorisation d’urbanisme ne pouvait être attaquée au-delà d’un délai d’un an après son affichage sur le terrain, même en cas d’irrégularités de celui-ci. Le litige en question opposait le propriétaire d’une maison individuelle dont le permis de construire fut déposé en 2007, et son voisin, qui le contesta, en … 2014. Soit 7 ans après l’affichage dudit permis.

Le juge a considéré que si les délais et voies de recours n’étaient pas indiqués sur le panneau d’affichage, la contestation doit tout de même respecter un délai « raisonnable » à compter du premier jour de la période continue de deux mois d’affichage sur le terrain. 1 an donc …

 

👉 Sofia Antipolis fête ses 50 ans en s’offrant un bâtiment avant-gardiste

Pour ses 50 ans, la technopole de Sofia Antipolis s’offre un marqueur fort de son ouverture aux nouveaux défis qui attendent les territoires. Signé par Jean Nouvel et Manal Rachdi, le « campus écologique du XXIème siècle » est une façon nouvelle d’appréhender le bâti.

Selon Nouvel, il s’agit avant tout de façonner le paysage pour offrir un trait d’union entre nature et construction. L’ensemble aura la silhouette d’une montagne boisée et végétalisée longeant l’autoroute. Dans les 44 000 m² d’espaces aménagés s’installeront des lieux de co-working, un hôtel, des restaurants, et des bureaux.

Xavier Niel et la Compagnie de Phalsbourg espèrent y installer une « émanation » de la station F, et devenir à terme, la capitale de l’intelligence artificielle.

 

👉 Numérique : chance ou menace pour les architectes ?

Quel est l’avenir de l’architecture dans un monde de plus en plus connecté, toujours plus digitalisé ? C’est la question que pose batiactu cette semaine. Entre BIM, impression 3D et intelligence artificielle, les sources de défiance sont nombreuses pour les concepteurs.

Pour autant, certains éléments de réponse tendent à rassurer sur l’avenir des architectes français. Pour Christian de Portzamparc « la conscience architecturale et urbanistique en France » jouera un rôle de garde-fou contre les dérives possibles. Pour Jean-Michel Daquin, conseiller de l’Ordre Île-de-France,  le numérique représente un « énorme potentiel » plus qu’une menace : celui de rendre à l’habitant une posture active dans l’élaboration de son cadre bâti.

Un regard croisé sur l’avenir de la conception à l’heure du digital à retrouver sur le site batiactu.com.

 

👉 Les lauréates du Prix Femme Architecte sont connues

Chaque année, le Prix Femme Architecte vise à mettre en valeur les œuvres et les carrières féminines, afin d’offrir des modèles inspirants aux futures architectes. 4 prix étaient décernés à l’occasion de la cérémonie qui se tenait le 10 décembre au Pavillon de l’Arsenal, à Paris : Nicole Concordet décroche le Prix « Femme Architecte » grâce à la Machine à Nantes, le Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis et le Confort moderne à Poitiers. Du côté de la version junior, le Prix Jeune Femme Architecte, c’est Sandra de Giorgo qui est récompensée. Bathilde Millet repart avec le prix de l’œuvre originale. Enfin, l’architecte britannique Amanda Levete est lauréate du Prix International.

 

👉 Avec ELAN, les IMH sur les mêmes niveaux de sécurité que les IGH en ERP

Dans l’ensemble des dispositions nouvelles introduites par la loi ELAN dans le courant de l’automne, certaines ont fait moins de bruit que d’autres. C’est le cas notamment de la nouvelle catégorie de bâtiments IMH, pour Immeubles de Moyenne Hauteur, qui regroupe les immeubles de 28 à 50 mètres de haut.

Outre un nouvel acronyme sympa à glisser lors de vos dîners en ville, il s’agit de faciliter la réversibilité des bâtiments en offrant des normes communes entre les ERP, considérés comme IGH dès 28 mètres, là où les immeubles d’habitations ne le sont qu’à partir de 50 mètres.

Dans le but d’éviter un drame comme celui de la Tour Grenfell à Londres, cette nouvelle norme prévoit entre autres la mise en place d’un escalier sanctuarisé, d’un encadrement de la propagation des feux en façades et de colonnes de désenfumage.