Cette semaine dans l’HebdoMAF : les architectes autorisés à réaliser des audits énergétiques MaPrimeRénov’, les conclusions de la commission Rebsamen, le concours pour la rénovation du parvis Notre-Dame et la conférence sur l’architecture de demain.
MAF Assurances

Les sociétés d’architecture autorisées à réaliser des audits énergétiques MaPrimeRénov’

Extrait du site www.architectes.org.

Très attendu, le décret n° 2021-1227 autorise désormais les sociétés d’architecture à réaliser des audits énergétiques MaPrimeRénov’ de maisons individuelles à la condition qu’un des architectes associés ait suivi une formation FEEBAT 5a-5b ou DynaMOE 1.

Toujours sous condition de formation, le nouveau dispositif prévoit pour le logement collectif (bâtiments à usage principal d’habitation) que les architectes libéraux et les sociétés d’architecture sont désormais en capacité de réaliser l’audit énergétique des copropriétés :

  • de moins de cinquante lots ;
  • de plus de cinquante lots avec systèmes de chauffage ou de refroidissement individuels dont la demande de permis de construire a été déposée après le 1er juin 2001.

Retrouvez l’intégralité du texte.

 

Commission Rebsamen : suite et (presque) fin

Après un été de concertations, François Rebsamen, président de la commission pour la relance durable de la construction de logements, a rendu sa copie au Premier ministre Jean Castex mercredi 22 septembre. Un travail auquel la MAF s’est associée en partageant aux représentants de cette commission, une feuille de route rappelant l’implication de la maîtrise d’œuvre en faveur d’une production de qualité.

Parmi les mesures qui devraient être retenues, l’édile dijonnais ne cache pas son optimisme sur l’instauration de contrats locaux entre l’État et les collectivités locales et la compensation intégrale de l’exonération de la taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB). 

La première permettra la mise en place d’une convention « volontaire » entre État et maires de zones tendues, fixant des objectifs de production année par année. L’idée d’un malus pour les communes qui ne remplieraient pas l’objectif aurait finalement été mise de côté.

La deuxième est moins bien accueillie par Bercy mais particulièrement attendue par les communes dont la suppression de la taxe d’habitation a fragilisé les recettes : la compensation de l’exonération de la taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) serait intégrale pour le logement social, au moins pendant les cinq prochaines années du mandat municipal en cours.

L’arbitrage est attendu pour octobre.

 

Quatre équipes candidates au réaménagement du parvis Notre Dame 

Alors que les travaux de reconstruction de Notre-Dame tournent à plein régime, la maire de Paris Anne Hidalgo a annoncé le nom des quatre équipes sélectionnées pour repenser les abords de la cathédrale. Déjà dans les tuyaux avant le terrible incendie du 15 avril 2019, le calendrier du réaménagement a toutefois été bousculé puisque rien ne devrait être entrepris avant 2024. 

La date n’est pas symbolique puisqu’il s’agit à la fois de ne pas perturber les travaux en cours, et d’assurer l’accès à Notre-Dame aux nombreux visiteurs attendus à l’occasion des Jeux Olympiques. 

Après une consultation internationale lancée au printemps 2021, le dialogue compétitif va s'ouvrir, au début de 2022, entre : 

  • L'équipe menée par le paysagiste Michel Desvignes, avec les agences Grafton Architectes (deux architectes Irlandaises, Pritzker 2020) et h2o, ainsi que l'urbaniste Urban Eco.
  • L'équipe menée par l'agence d'architecture d'Aymeric Antoine et Pierre Dufour (architecte en chef des Monuments historiques) ayant reçu le prix de la première œuvre en 2019 et une nomination aux Ajap en 2016, avec le paysagiste Ateliers jours et l'urbaniste Auxilia. 
  • L'équipe menée par l'urbaniste-paysagiste Jacqueline Osty & associés (grand prix de l'urbanisme 2020), avec l'architecte Bernard Desmoulin et l'agence Orma Archittettura, architectes du patrimoine. 
  • L'équipe menée par le paysagiste bureau Bas Smets, avec l'agence d'architecte - urbaniste GRAU, et pour le volet patrimoine l'agence d'architecture Neufville-Gayet.

 
Le lauréat sera annoncé à l'été 2022.

 

Quel sera le visage de l’architecture de demain ? 

La question était posée à l’occasion d’une conférence tenue en marge d’EnerJ-meeting Nantes 2021. Pour y répondre, Philippe Madec et Marika Frenette ont partagé le micro et le constat : frugalité, réhabilitation de l’existant et souci du bien-être des occupants, doivent désormais devenir les maîtres mots de tous projets. 

Pour Philippe Madec, avec seulement 0,01% de construction neuve réellement performante au niveau environnemental, la France est loin du compte. Pour Marika Frenette, architecte et urbaniste chez Wigwam Ingénierie, il faut opérer un changement radical de mentalité: « l'idée, c'est de mettre sur 'pause' les engins de démolition, de prendre le temps de réfléchir ; et, avant même de se demander si l'on va inclure du biosourcé ou viser du passif, se demander si l'on ne peut pas transformer ou réparer l'existant. »

Cette philosophie de réhabilitation et d'intervention sur l'existant ne doit pas se limiter à de simples critères techniques. « Nous voulons deux fois plus de bien-être avec deux fois moins de ressources », formule Philippe Madec, l'un des trois initiateurs du manifeste pour une frugalité heureuse et créative.

La publication est à retrouver ici.
 

Sur le même sujet